mardi 5 mars 2013

30# Changement de famille, épisode 3.



Par rapport au titre de mon post : Je vous entends déjà crier « ENCORE ?! », je vous dois des explications. J’étais très bien chez Irina et Aleksandre, ils étaient très gentils avec moi et me traitaient parfaitement bien, je les aime beaucoup ! Mais ils se sont disputés et ne s’adressaient plus la parole. Malgré cela ils continuaient à prendre soin de moi etc, mais je suppose que ce n’était pas très confortable pour eux que je sois là pendant leurs problèmes de couple. Irina est donc venue me voir un samedi aprem alors que je me préparais pour aller à un spectacle (l’élection de l’étudiant de l’année, chaque école présentait son meilleur étudiant qui lui-même préparait une présentation avec ce qu’il savait faire etc, plus des tests de culture, Ksioucha a gagné (je suis l’ami d’une star héhé)) et m’a dit que je changeais de famille le jour même directement après le spectacle mais que ça ne serait que deux semaines le temps que les choses se calment. Bref, le spectacle commençait 50 minutes plus tard, plus le temps d’y aller, j’ai donc eu 40 minutes pour emballer « le minimum » pour deux semaines (je mets au défi quiconque de le faire). Après le concert on est donc repassés chercher mes affaires, passés chercher Elena (ma coordinatrice Rotary) et allée chez ma nouvelle famille qui habite très très loin du centre. Ma nouvelle famille s’est révélée n’être composée que d’une dame de 60 ans, Galia, la belle sœur d’Elena (la mère du mari de sa fille précisément). On a pris le thé et parlé toutes ensemble puis Irina et Elena sont parties (non sans larmes de ma part). Galia m’a fait visiter l’appartement, un tout petit peu plus grand que celui d’Irina, avec ma chambre à part et tout et tout. Elle parle énormément, est hyper attachante, m’a tenue la main tout le long etc. On a mangé et j’ai défais mes valises puis on a remangé etc. Le lendemain matin, elle a pris le bus avec moi pour me montrer le bon arrêt et elle absolument voulue me tenir la main jusqu’à l’école. Bref voilà, je suis restée chez elle deux semaines. Je me suis beaucoup attachée à elle-même même si il y a eu des moments où j’ai eu du mal à supporter son hyper-protection. Exemple : elle m’a tous les jours préparé des multitudes de plats (3-4 salades pour l’entrée, une filet de poisson, une tarte de légumes, de la purée, des raviolis, du fromage et un gâteau en dessert pour le même repas) et si jamais je ne me resservais pas d’un plat (juste pour ne pas exploser de sur-indigestion) elle s’excusait une centaine de fois en disant « Oh pardon pardon j’aurais du me douter que t’aimerais pas pardon pardon » puis en jetant tout à la poubelle avant même que j’ai le temps de protester. C’était mignon au début de voir qu’elle faisait tout pour que ce soit parfait mais à force insupportable de devoir manger à en vomir après sans toutefois pouvoir la satisfaire … Nevermind, je me suis énormément attachée à elle aussi, elle m’a énormément appris de choses sur la Russie du nord, les dictons etc, et ce fut un vrai coup au cœur de devoir la quitter, autant pour elle que pour moi. Mais comme elle m’a vraiment traitée comme une reine (la reine des mangeuses notamment ahah), je lui ai promis de rester en contact avec elle, l’autre jour je l’ai donc appelée et elle m’a invitée à manger avec Blake. C’était excellent comme d’habitude bien qu’en quantités gigantesques et elle est vraiment adorable.
Autre chose, j’ai continué les présentations dans les différentes classes de la fac d’Irina (j’ai du la faire 5 ou 6 fois) mais je l’ai aussi faite dans un lieu où je n’avais jamais eu l’occasion d’aller, une детский дом (dietckii dom, maison d’enfants). Les maisons d’enfants sont des institutions assez semblables aux orphelinats sauf qu’ils ne concernent pas uniquement les orphelins, mais aussi les enfants dont les parents travaillent loin et ne rentrent que rarement à Magadan, dont les parents les battaient ou étaient alcooliques ou dont les parents n’avaient pas assez d’argent pour les élever. Il y a deux types de maisons d’enfants : celles situées dans Magadan même et qui concernent les « enfants » de plus de 16 ans qui sont assez grands pour se gérer tout seul, c'est-à-dire que le logement leur ai offert mais qu’ils doivent se préparer à manger etc … et les maisons d’enfants dans les petits villages aux alentours qui concernent les enfants de 0 à 15 ans. Ceux-là sont logés, nourris et l’école est directement intégrée dans le pensionnat. C’est dans ce type de pensionnat que nous sommes allés un dimanche Blake, Irina, Svetlana et Ania (la dame gentille du Rotary et sa fille de mon âge) ainsi que les conducteurs des 4x4 les plus gros que j’ai jamais vu (pour affronter les routes verglacées et enneigées) pour aller à Olia, petit village misérable au bord de la mer à 30 kilomètres (comprendre 1h45 de route) de Magadan où 85% de la population est alcoolique. Arrivés là-bas nous avons été accueillis comme des rois par les membres du personnel au grand complet (une vingtaine de personnes) plus les 86 enfants de 2-3 ans jusqu’à 15 ans. On a installé notre matos et on a fait nos présentations, chantés nos hymnes puis pour nous remercier ils ont tous ensemble chanté l’hymne russe, j’ai versé ma petite larme tellement c’était beau. Bref ils nous ont posé des milliards de questions, ont été très intéressés et après les adultes enseignants se sont rassemblés pour parler à Sveta, Irina etc et pendant ce temps des millions de gamins de 12-13 ans se sont jetés sur nous, les garçons sur Blake et les filles sur moi. Une petite mignonne, Natacha, m’a dit qu’elle allait me faire visiter là où ils vivaient. Me voilà donc partie entourée d’une vingtaine de petites gamines qui piaillent, me bombardent de questions et de photos. C’est super bien organisé, il y a plusieurs « maisons » (comme à Poudlard (vive mes références je sais), tout est dans le même bâtiment, mais il y a plusieurs « maisons » (Gryffondor, Serpentard etc) et chacune est indépendante, a sa salle de bain, ses chambres (filles et garçons séparés bien sur), sa salle de garde (pour faire les devoirs), son salon etc) dans lesquels les enfants sont repartis. Quand on m’a dit que j’allais aller dans cette maison d’enfants je m’attendais à un lieu pauvre, sale etc (non, je n’ai pas de préjugés particuliers concernant les maisons d’enfants en Russie, c’est juste qu’Olia est un village minuscule, très pauvre et je ne m’attendais pas à ce que la maison d’enfants soit clinquante neuf). Ils prennent les repas tous ensemble, ils ont un grand gymnase, beaucoup de matériel de sport, de technologie etc … On se croirait presque dans une résidence étudiante. Je m’attendais aussi à trouver des enfants tristes alors que j’ai rencontré des gamins formidables, avec une maturité étonnante pour leur âge et leur passé (la plupart ayant perdu leur parents, ou bien été battus/rejetés). Ils sont très proches des adultes sur place, se tutoient tous, se font des câlins, et on peut dire qu’ils m’ont adoptée vu comme ils se comportaient avec moi (bisous, câlins etc). J’ai vraiment découvert quelque chose de très enrichissant qui me fait encore une fois relativiser par rapport à tout ce que j’ai pu vivre jusqu’à maintenant.



Je finis par des excuses comme d’habitude, je suis désolée de poster si peu de nouvelles, je n’ai vraiment pas le temps, je ne pose plus une seule seconde, j’ai un emploi du temps de ministre (avec la fatigue qui va avec malheureusement).
 

Sachez que ce n’est pas parce que j’écris beaucoup moins que je vous oublie, au contraire ! D’ailleurs, je commence dès maintenant à écrire mon article concernant mon changement de famille n°4 et d’autres activités peu communes (je vous dis ça pour vous mettre l’eau à la bouche et que vous continuiez à me suivre héhé !) !
 
 

Plus de 4600 vues sur tous les continents, merci beaucoup de me suivre malgré la rareté de mes postes !
 
 
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire