samedi 29 décembre 2012

28# Mes petits russes ♥


Alors, voilà pour les faits qui m‘ont faite tomber amoureuse de la Russie et surtout de ses habitants.

D’abord, je suis allée chez la tante de mon père d’accueil et son mari, qui habitent Magadan aussi. J’y suis allée juste avec Irina, un soir après le premier dîner (premier dîner à 19h, deuxième dîner à 22h). On s’est éloignées du centre et on a pénétré dans les « ghettos ». Le mieux serait une photo, mais faute de pouvoir en poster je décris vite fait le lieu : il fait nuit, pas de lampadaires, des maisons (ou plutôt des bicoques) en planches de bois un peu branlantes et toutes tassées sur elles-mêmes, avec un petit porche devant un petit portillon en bois pour rentrer et un gros chien accroché à une chaîne devant chaque porte, autant dire que l’ambiance est un peu glauque. On sonne devant le portillon pour pas se faire manger par le chien, un homme passe la tête par l’embrasure de la porte, il voit que c’est  nous et dit « oh merde, je suis à poil, attendez dix secondes ! », ça commence bien ahah. On attend donc, il revient avec un drap autour de la taille, il a deux têtes de mort tatouées sur ses pectoraux, il est super grand, très maigre, chauve et il lui manque plusieurs dents, mais il a une « bonne bouille ». Il tient le chien et nous laisse passer le sas. On enlève nos chaussures (toujours en Russie !) et nos épaisseurs de froid, on passe le tapis qui sert de porte (oui oui, un tapis accroché au plafond et qui pend pour faire une porte) et on rentre dans la maison en elle-même. Le lieu est impossible à imaginer, je mettrais une photo dès que j’aurais osé en prendre une (et dès que je pourrais poster des photos sur mon blog évidemment …). Le plafond est très bas (1m80 je pense), il y a des tapis par terre. La pièce dans laquelle on rentre sert de cuisine et plus particulièrement de pièce de « réception » comme dans toutes les maisons russes. Au mur il y a des tapis aussi et par-dessus des milliards de choses insolites accrochées, j’ai essayé de tout voir mais il me faudrait plusieurs jours alors voila le best-of : chapelets, posters de film (notamment Twilight et Pulp Fiction, autant vous dire que c’est varié), billet de 500 euros (il semblait vrai en plus !), icones religieuses, timbres, images cuculs de chatons et de chiots, porte-clés divers et variés, articles de journaux, emballages en cartons, et le top du top, un poster pornographique grandeur nature juste à côté de la table. Il y avait aussi une télé (évidemment), un table et les meubles de cuisine, sans oublier les fils pour pendre le lige qui traversaient toute la pièce. C’était très peu éclairé et il faisait super chaud. J’essayais de pas être bouche bée tellement je trouvais ça cool mais c’était pas facile, je ferais une caméra cachée à l’occasion. Le monsieur était en train de cuisiner du poisson donc on est allées rejoindre sa femme dans sa chambre. Elle était elle-aussi extraordinaire, en chemise de nuit à nounours, toute petite et avec une touffe énorme de cheveux gris sur la tête. On a fait la convers’ (enfin Irina et elle) pendant une demie-heure en buvant du thé et en mangeant des gateaux puis on est parties. On y est retournées deux fois par la suite, et c’était toujours aussi « fun ».

Ensuite, je suis allée chez de la famille d’une amie d’Irina (enfin, si j’ai bien compris). J’avais rencontré cette dame (que tout le monde sans exception appelle « Tante Liouba ») un jour alors qu’elle était venue prendre le thé à la maison. Bref, un week-end elle a déménagé à Cniejni, un bled minuscule pomé à 30km à l’intérieur des terres et nous a donc invité là-bas. Il avait beaucoup neigé alors les routes étaient dans un état abominable (comme d’habitude en fait) et on a mis une heure et quart pour faire ces 30 km. Plus on s’enfonce dans les terres plus il y a de neige, et en arrivant au bled je comprends pourquoi il s’appelle Cniejni (littéralement, « enneigé ») car il y a plus de 1m20 – 1m30 par endroits. Et ce qui est fun c’est que comme on est à l’intérieur des terres, il fait froid ! -38 exactement, je peux vous dire que ça fait un choc en sortant de la voiture. On s’est baladées un quart d’heure, c’était dur pour respirer tellement il faisait froid et mon jean plein de neige a gelé. Ensuite on est allées rejoindre Tante Liouba, mais pas chez elle chez de la famille (?) qui habite à côté (le bled est tellement petit qu’ils sont tous voisins en fait). Il y avait donc la dame qui nous hébergeait (adorable), son mari, Tante Liouba, sa sœur, le mari et le fils de sa sœur, Irina et moi. Pour me dire bonjour, le mari de la sœur de Tante Liouba m’a fait le baisemain et devant mon air abasourdi a dit « Bein, c’est pas comme ça que vous vous dites bonjour en France ? », ça m’a faite bien rire. On est arrivées là à 14h et reparties à 19h, et pendant ce temps qu’a on fait ? C’est assez facile : manger, boire du thé, parler, boire du thé, parler, manger, boire du thé, parler, manger, boire du thé, manger. Le temps m’a paru très très long même si ils m’ont beaucoup parlé et que la bouffe était excellente ahah. La sœur de Tante Liouba m’a dit qu’elle avait une fille de (presque) mon âge qui étudiait au Gimnazia 17 de Magadan, soit la seule école où ils étudient vraiment l’anglais et elle m’a proposé d’aller faire ma présentation là-bas. Bref, ils m’ont posé plein de questions sur la France, ma famille, l’école, la vie en général et le fils de la sœur de Tante Liouba est trop mignon (6 ans). Tante Liouba m’a invitée chez elle pour les vacances, ça serait super ! Bref, c’était différent mais sympa.

Et donc comme prévu, peu de jours après la sœur de Tante Liouba m’a appelé pour me demander si je pouvais faire ma présentation à cette école le lendemain-même. J’étais tellement contente que ma présentation serve enfin à quelque chose et de rencontrer des nouveaux gens que j’ai évidemment accepté. Le lendemain cette dame est donc venue me chercher à la fin des cours et m’a emmenée dans cette école. On a attendu la pause et sa fille (Angelica) est venue nous rejoindre, m’a prise par le bras et m’a emmenée au self où on a retrouvés ses ami(e)s qui se sont tous jetés sur moi en demandant « c’est la française ? c’est la française ? », comme à ma rentrée. Ils ont tous tout de suite été adorables, m’ont prise par le bras, m’ont parlé, m’ont expliqué des choses et m’ont dit que si je comprenais pas il fallait que je le dise et ils me parleraient en anglais. On a mangé vite fait et on est allés en classe, ils étaient tous autour de moi à me poser 30 000 questions. J’ai commencé ma présentation et j’ai posé ma feuille de note (que je comptais lire) pour faire tout en impro. J’ai fait plein de blagues, c’est comme ça qu’on se met les gens dans la poche et ça a marché. Ma présentation (entièrement en russe) en elle-même dure 25 minutes et après il y a eu 45 minutes de questions (en anglais pour leur faire plaisir, ils ont plus ou moins le même niveau que moi), ça leur a vraiment plu, ils ont applaudi et tout. C’était surtout des questions personnelles plutôt que sur la France en elle-même, du genre mes films/livres/chanteurs préférés, si j’avais un copain, comment s’appelait mes amis etc … Un garçon m’a demandé de dire quelque chose en français et comme j’en ai marre des trucs bateaux du genre « Bonjour, je m’appelle Mari » etc, j’ai récité « Demain, Dès l’Aube » (littéraire un jour, littéraire toujours), ils m’ont fait recommencer une deuxième fois pour filmer, ils étaient « oooooooooh, oooooooh » avec des étoiles dans les yeux.  Je leur ai dit que j’aimerais bien sortir après les cours alors ils m’ont demandé mon numéro et m’ont dit qu’ils m’appeleraient pour faire des trucs ensemble. A la fin ils ont tous crié « paka paka ! » (« ciao ciao ») et en me faisant des grands signes, et en me remerciant infiniment, j’étais aussi heureuse qu’eux hihi ! Et comme prévu, les jours suivants, ils m’ont appelé pour me proposer d’aller au café le samedi. J’y suis donc allée et là-bas j’ai retrouvé Ilia (garçon), Julia, Ksioucha, Radna (garçon), Ania, Olga, Dacha, Eric et un garçon dont le nom m’échappe. C’était génial, on a énormément parlé (et tout en russe !), bu de thé et mangé de glaces, ils ont absolument voulu tout me payer, c’était adorable ! Je les adore !

Et comme j’ai raconté à Irina que ça s’était super bien passé, c’est tout naturellement qu’elle m’a proposée de venir la faire avec la fac où elle travaille. J’ai pas hésité longtemps (malgré le fait qu’ils ne parlent pas anglais et qu’ils soient plus vieux vus que c’est la fac) et j’ai tout de suite dit oui. Nous voilà donc parties, et dans la voiture Irina me dit « Oh, e au fait je t’ai pas dit, dans cette classe y’a 29 garçons et 2 filles ». Déjà que je stressais un peu avant, là ça a failli me faire peur ahah. En arrivant là-bas j’ai changé de chaussures et je suis allée dans la classe avec Irina. Là-bas on a retrouvé une de leur prof qui m’a accueillie avec « Oh Marrrrri, je suis trop contente de te voir, depuis le temps que j’entends parler de toi ! », ça m’a fait plaisir. J’ai installé ma présenation sur l’ordi et j’ai stressé en attendant la fin de l’intercours. Les garçons et les deux filles sont rentrées, tous en me dévisageant avec des yeux énormes. Irina m’a présenté et m’a laissé prendre la parole. J’ai fait pareil que la première fois, posé mon papier et improvisé. J’ai tout de suite capté leur attention. Ca s’est super bien passé aussi, ils ont aussi applaudi à la fin, posé encore plus de questions, mais plus sur la France que sur moi ce qui est pas pas mal non plus, du genre « Est-ce-que la vie est chère ? », « Est-ce-que y’a des films russes connus en France ? », « Qu’est-ce-que les français pensent des russes ? » etc. Plusieurs ont filmé l’intégralité de ma « prestation », et une grande partie ont filmé quand je répondais aux questions, sans compter les inombrables photos, en cachette notamment (mais rien n’échappe à mes yeux de lynx mouhaha !). A la fin ils sont venus me demander si ils pouvaient prendre des photos de moi, j’étais rouge tomate et les deux uniques filles me jettaient des regards noirs ahah. Finalement j’ai posé pour deux-trois photos toute seule mais on a fini par faire des photos tous ensemble. Je suis repartie avec Irina et certains nous ont suivi et ont demandé à Irina si ils pouvaient aller se promener avec moi, mais Irina a dit « Roooh non, pas elle toute seule avec des garçons », ahah ! Et visiblement ça leur a tellement plu que quelques jours après, Irina m’a dit qu’ils en avaient parlé à une autre classe et que maintenant je devrais aller faire ma présentation dans cette autre classe. Comme ça ne me dérangeait pas j’ai accepté et j’ai proposé à Blake de venir avec moi (Caleb n’a pas fait de présentation). Nous voila donc repartis. En arrivant là-bas j’ai revu ceux de l’autre classe qui sont venus me parler et tout, ça m‘a fait plaisir. En arrivant dans la classe, il y avait cette fois 22 garçons et une fille ! Blake a voulu que je commence alors j’ai présenté mon diapo pour la troisième fois. Ils ont été super intéressés aussi, m’ont posé quelques questions, mais surtout sur les liens France-Russie et sur ma vie à Magadan. C’est bien, ça m’a fait de la diversité de questions à chaque fois ! Blake a présenté son diapo après, c’était intéressant mais pas très personnel, ça parait plus des US que de lui c’est dommage. Ils nous ont posé plein de questions encore, nous ont demandé nos Facebook etc … C’était super sympa, j’espère y retourner encore (je suppose que je deviens narcissique à force de parler de moi tout le temps ahah).


Bref, voilà pour les faits (et encore, pas tous) qui m’ont fait tombé amoureuse de la Russie et de ces fantastiques habitants. Réfléchissez-y deux fois avant de dire que les russes ne sont pas accueillants !
 
 

1 commentaire:

  1. Super dépaysant (je te lis de Nouvelle Zélande en ce moment...) tu racontes vraiment bien, on s'y croirait! Malgré le froid, on sent de la vraie chaleur chez ces gens, ça doit être une expérience extraordinaire...bravo, continue a raconter, ce que tu vois, c'est tres précieux! Florence

    RépondreSupprimer