mercredi 3 octobre 2012

10# Mieux vaut tard que jamais.



Ce week-end Blake (le dernier student américain) est arrivé, du coup le Rotary nous a fait sortir en peu plus :


Samedi soir, Svetlana (une dame du Rotary très gentille) est venue me chercher avec sa fille (Ania, qui a mon âge et qui trop trop sympa), puis on est allés chercher Stas et nous sommes parties au Mémorial des déportés (où j’étais allée avec Andrey et Nadia dans les premiers jours). L-bas nous avons retrouvé : Caleb et Blake (qui sont dans la même famille d’accueil), leur « père » (Vladimir), leurs « frères » (Nikita et David), Elena Elsina (la coordinatrice des students dans le RC de Magadan), plus deux dames et trois monsieurs du Rotary dont je n’ai pas retenu les noms. Nous avons fait des photos, des millions de photos, avec l’appareil de chacun, en noir et blanc, en couleur, différents cadrages … J’avais mal à la machoire à force de sourire ahah ! Nous avons refait un petit tour au Mémorial, j’en ai profité pour parler avec Blake, il est très gentil et surtout très bavard contrairement à Caleb, enfin quelqu’un à qui je peux parler ! Il ne parle pas russe du tout (à part « merci », « bonjour » et « s’il vous plaît » évidemment), donc je peux parler anglais avec quelqu’un wouhou ! Bref, après les adultes ont bu du champagne et nous on a mangé des gâteaux en faisant encore et toujours plein de photos … Comme il faisait froid entre chaque flute de champagne on s’entassait dans les voitures pour se tenir chaud, Nikita a essayé de m’apprendre un jeu de cartes russes mais j’ai pas tellement compris quoi que ce soit aux règles. Soirée agréable avec belle vue sur Magadan avec le soleil couchant (un jour vous verrez les photos, un jour !).

Dimanche, Svetlana et Ania sont encore venues me chercher et cette fois on a fait un peu plus de route au milieu de paysages magnifiques. Mes photos sont légèèèèèrement flous (beaucoup en fait), car comme j’ai déjà du l’expliquer le code de la route et les russes, ça fait deux. Comment vous raconter ? La route, y’a des bosses et des fossés en plein milieu, sauf qu’on ne le voit pas tellement on va vite (si si, on est arrivé à 170 km/h en descente), du coup on se croirait un peu dans un manège.  Des fois, y’a de passages de la route qui sont en terre, ou avec des flaques qu’on pourrait presque appeler des étangs tellement elles sont grandes. Mais surtout, les russes sont des barjos au volant, ça fait peur, vraiment. On a failli se foutre dans le fossé car un gars roulait à contresens (il s’était pas rabattu après avoir doublé), ils se rabattent sans vérifier si il y a quelqu’un, et ils doublent sur des distances minuscules et à pleine vitesse, la plupart du temps quelqu’un vient en face mais ça a pas l’air de les déranger. Bref, passons. On s’est arrêtés à un point de vue au bord de la route. Il faisait un grand soleil (si si, je vous assure !), on était sur une falaise très haute avec en bas la mer, trop belle, super lumineuse avec le soleil, on a encore fait des tas de photos. On a repris la voiture et on a encore roulé longtemps au milieu de paysages superbes, puis on a bifurqué sur une minusucle piste en terre qui descend à la plage. La plage est très très longue et large, il y avait beaucoup de gens qui faisaient des chachliks (barbecues russes) ou qui se promenaient. On a rejoint les autres gens du Rotary puis avec Ania on est parties marcher sur la plage, on a bien parlé, elle est vraiment gentille. Après nous nous sommes installées à la table de camping avec tous les gengens du Rotary pour boire du thé et manger. Croyez-moi ou pas, mais je commence à en avoir marre de tartines de caviar (je deviens snob comme dirait mon père ahah !). On a fait encore des tas de photos puis on a repris la voiture. Tous les autres rentraient à Magadan mais Svetlana m’a dit qu’on allait aller jusqu'à l’embouchure du fleuve Ola. C’était à couper le souffle, la rivière bleue bleue bleue avec derrière la plaine toute orange (automne oblige) avec tous les sapins et tout. On s’attendait presque à voir un ours sortir ahah ! Sur la route du retour, on s’est arrêtées chez une amie de Svetlana qui habite une « ferme » dans les ghettos. Elle n’était pas très agréable et nous a mis dehors avec Ania pour être tranquille avec Svetlana, du coup on s’est promenées et on a beaucoup parlé. Quand on est parties, la dame s’est excusée, elle a dit que cet hiver on ferait un chachlik toutes ensembles dans la neige. Youpi !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire