mardi 11 septembre 2012

6# Как и почему ?




Maintenant que je suis là, je vais vous raconter comment s'est déroulé le commencement de cette chance énorme que j'ai eu de pouvoir réaliser mon rêve.



Cette aventure n’a pas été simple ni courte. En fait, l’idée a commencé germer dans ma tête la rentrée scolaire, car il y avait 3 students étrangers dans notre classe (Andressa, Virginia et Pedro, vous manquez !). A force de partager avec eux, l’idée que « après tout pourquoi pas moi ? » est venue s’immiscée dans ma tête. Mes parents étaient à priori plutôt partants, la réunion du 22 septembre avec les témoignages des students a achevé de les convaincre. J’ai donc déposé ma candidature par écrit puis devant le jury du 5 novembre. Environ deux semaines après, la décision est tombée, j’étais acceptée ! Plus tard, en février, ma chairman m’a annoncé que la Russie (mon 1e choix) serait mon pays. Depuis ce moment là, demande de VISA, test de sida, demande de CB, achat de médicaments, de vêtements, du billet d’avion, recherche d’infos sur la ville, les températures, les habitudes, les coutumes … se sont enchaînés à une vitesse dont je me suis seulement rendu compte la dernière semaine avant le départ. J’avais longtemps dit « je pars en août », puis c’est devenu « je pars dans un mois », et puis c’est passé à deux semaines, une semaine et puis en jours et à la fin en heures. Le départ n’a pas été facile, ce serait mentir que d’affirmer le contraire. Laisser sa vie, sa famille, son chéri, ses ami(e)s tous formidables, et surtout pour 10 mois c’est pas évident de se mettre ça dans la tête, et je dois avouer qu’avant d’être dans l’avion je n’avais pas toujours pas réalisé. Mais je ne regrette en aucun cas, j’ai trop de chance pour pouvoir regretter une telle aventure.


Mais, je dois revenir sur la question que l’on m’a le plus posé depuis février, pourquoi la Russie ? Déjà, je ne me voyais pas partir dans un pays comme les US ou le Canada. Ca me faisait envie aussi, mais ça m’aurait semblé trop facile, ça aurait été frustrant de prendre un de ces pays très demandé alors qu’un choix énorme de pays plus exotiques était possible. J’avais déjà pensé à la Russie auparavant, pour la beauté de la langue, le choc de cultures, le dépaysement, mais mes parents ne m’avaient pas trop suivi et avaient dit qu’ils ne voulaient pas. Mais lors du jury, Roxane (une student partie en Russie l’année dernière) a réussi à convaincre mes parents, j’ai donc demandé la Russie en 1echoix, suivi du Chili et du Brésil. Bref, en avril j’ai eu mon numéro de district, le 5010 (devenu 2225 depuis) qui couvre tout l’est de la Russie, l’Alaska et le Yukon. En mai, j’ai eu ma ville, Magadan. Quel choc pour tous ! L’exclamation « mais c’est le bout du monde ! » a explosé partout autour de moi. C’est vrai que je ne m’attendais pas forcément à être si loin, si « perdue », mais maintenant que je suis ici je me rends compte que je n’aurais pas souhaité mieux et j’en suis vraiment très très contente, car même si Moscou et Saint-Pétersbourg doivent être géants, je pense que ça n’aurait pas été assez dépaysant pour l’attente que je portais en moi d’aller dans un endroit absolument différent. Depuis les deux petites semaines que je suis là (le temps passe à une vitesse, mon chéri avait raison !), j’ai pu rencontrer toute sortes de gens de toutes sortes de milieux, des plus riches aux plus pauvres, les différences énormes, les extrèmes que l’on trouve ici et nulle part ailleurs. Магадан, я теба люблю ! (Magadan, je t'aime !)




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire